Le camée de Nancy, de Néron à saint Nicolas

Ecrit par Webmaster le 14 janvier 2019. Publié dans Actualité générale

L’ouvrage est d’ores-et-déjà disponible dans les Bibliothèques de Nancy ou par correspondance : adressez votre chèque d’un montant de 15 € à l’ordre de Régie de recettes de la Bibliothèque municipale, avec vos coordonnées postales, à Bibliothèques de Nancy – 43 rue Stanislas – 54000 Nancy. 

Pour tout renseignement : 03 83 37 38 83 – bibliothèque@nancy.fr

Allocution lors du dévoilement de la plaque à la mémoire du Recteur JACQUOT

Ecrit par Webmaster le 14 décembre 2018. Publié dans Actualité générale

Texte de l’allocution prononcée par Gabriel Villeroy de Galhau à l’occasion du dévoilement de la plaque à la mémoire du Recteur JACQUOT le 6 décembre 2018

L’Académie de Saint Nicolas dont le nom apparaît sur cette plaque réunit trois associations lorraines liées au culte de Saint Nicolas, àsavoir l’Association Connaissance et Renaissance de la basilique de SaintNicolas de Port, la très ancienne Confrérie de Saint Nicolas de Yutz etl’Association des Amis de Saint Nicolas des Lorrains à Rome.

Les responsables de ces trois associations se retrouvent une fois l’an dans le but de décerner un prix de Saint Nicolas à une personne ayant particulièrement contribué à faire rayonner le culte du saint patron de la Lorraine. C’est ainsi que ce prix a été attribué dans la passé aussi bien à des universitaires, des religieux ou même il y a deux ans à un dessinateur d’images d’Epinal.

Mais il était évident pour tous que le Père Jean-Louis Jacquot devait trouver sa place dans cette liste. Je n’évoquerai pas son parcours de prêtre dans diverses paroisses et fonctions de notre diocèse. D’autres l’ont fait (ou vont le faire). Je rappellerai simplement qu’il avait été très sensible au fait d’avoir été désigné l’an dernier comme lauréat de ce prix. Il y voyait, à juste titre, la récompense de ses actions en faveur du développement du culte de l’évêque de Myre dans notre région.

Il avait trouvé dans sa nomination à Saint-Nicolas-de-Port en 1998 par Monseigneur Jaeger le champ d’action idéal pour mettre en application son attirance à la fois pour les belles cérémonies et pour la liturgie orientale, Saint Nicolas étant, comme on le sait, probablement le saint le plus universellement révéré tant en Orient que chez nous. Il pouvait ainsi légitimement introduire dans ses célébrations un faste cher à nos frères orthodoxes, quitte parfois à déconcerter certains de ses paroissiens. Il y ajoutait une touche personnelle grâce aux ornements magnifiques qu’il confectionnait de ses mains.

Et bien sûr, ses actions trouvaient leur aboutissement en particulier dans la remise à l’honneur de la procession ancestrale dans la basilique autour du 6 décembre où il avait réussi à attirer au fil des années de plus en plus de pèlerins venus parfois de très loin. Je pense que la plupart d’entre nous ici ont eu l’occasion de participer à cette manifestation dans la basilique bondée pour la circonstance. Quelle ferveur et quelle foi émanait alors de ces milliers de fidèles chantant à pleins poumons l’hymne de Saint Nicolas en cheminant comme ils le pouvaient au milieu de cette foule !

Et impressionnante était aussi cette foule qui s’était retrouvée pour votre messe d’À Dieu, cher Jean-Louis, remplissant, une dernière fois autour de vous, jusqu’à la dernière chaise de cette si belle basilique à laquelle vous étiez si attaché.

Oui, Jean-Louis, vous avez bien mérité cette distinction. Vous êtes hélas parti trop tôt pour pouvoir la recevoir en mains propres comme nous l’aurions souhaité mais, de là où vous êtes, je suis bien persuadé que vous vous en réjouissez avec nous.

Programme des Fêtes de la Saint Nicolas des enfants à Rome 

Ecrit par Webmaster le 11 décembre 2018. Publié dans Activité de l'église à Rome, Actualité de l'association, Actualité générale, Evénements

L’association des amis de Saint-Nicolas-des-Lorrains à Rome vous propose de télécharger le Programme des Fêtes de la Saint-Nicolas des enfants à Rome.
Ces festivités sont organisées par la Congrégation des Frères de Saint-Jean qui anime notre église lorraine à Rome le 15 décembre 2018.

Homélie de Mgr Bernard ARDURA

Ecrit par Webmaster le 11 décembre 2018. Publié dans Actualité générale, Evénements

Découvre l’homélie de Monseigneur Bernard ARDURA, Président du Comité pontifical pour les sciences historiques, à l’occasion de la Solennité de Saint Nicolas le 6 décembre 2018 en l’église de Saint Nicolas des Lorrains à Rome.


Frères et Sœurs dans le Christ,

Saint patron des enfants, des jeunes, des écoliers, des filles à marier, des pharmaciens, des commerçants, des marins et des pêcheurs, saint Nicolas est l’un des saints les plus aimés et les plus vénérés au monde, tant de la part des catholiques que des orthodoxes, comme en témoignent à Rome outre cette église des Lorrains, l’église San Nicola in carcere, construite au milieu d’un quartier autrefois peuplé de grecs, et l’église saint Nicolas, paroisse des orthodoxes russes de Rome.

Saint populaire par excellence, Nicolas a inspiré toute une littérature hagiographique dont témoigne la décoration de notre église Saint-Nicolas-des-Lorrains. Né vers 260 à Patare dans l’actuelle Turquie, approximativement en face de l’île de Rhodes – si l’on s’en tient à l’archimandrite Michel qui met par écrit vers 710 une tradition orale hautement probable – Nicolas dont le nom signifie « Victorieux », est surtout connu comme évêque Myrrhe, à cette époque deuxième grand port de l’Asie Mineure avec Patare.

L’élection de Nicolas, encore laïc, à la tête de l’Église de Myrrhe vers l’an 300, fut présentée, quatre siècles plus tard, par l’hagiographe Michel sous une forme légendaire dans le but de prouver que cette élection n’était pas le résultat de négociations humaines, mais le fruit de la seule volonté de Dieu. Sur la lancée, plusieurs écrivains, dont Métaphraste au Xe siècle, ont voulu enrichir la figure de l’évêque Nicolas en faisant de lui un courageux pasteur persécuté avec ses fidèles et puni d’exil, dura nt la persécution relancée par Licinius en 319, soit six ans après l’Édit de Milan. L’historien byzantin Nicéphore Calixte écrivait à propos du premier Concile œcuménique tenu à Nicée en 325 : « Au concile de Nicée, beaucoup resplendissaient des dons apostoliques. Nombreux, pour s’être maintenus constants dans la confession de la foi, en portaient encore dans la chair les cicatrices et les signes, et spécialement, parmi les évêques, Nicolas, évêque de Myrrhe […] »

Si le nom de Nicolas apparaît dans la liste des Pères du concile de Nicée rédigée par Thédore le Lecteur vers 515, on ne sait absolument rien de sa participation au concile convoqué par Constantin le Grand, qui eut à se prononcer sur la nature divine du Christ, consubstantiel au Père, doctrine contestée par Arius. Toutefois, une antique prière adressée à saint Nicolas évoque son rôle de pasteur, témoin fidèle de la foi chrétienne : « O bienheureux évêque Nicolas, toi qui par tes œuvres t’es montré à ton troupeau comme règle de la foi et modèle de douceur et de tempérance, toi qui, par ton humilité, as atteint une gloire sublime et, par ton amour pour la pauvreté, as obtenu les richesses célestes, intercède auprès du Christ-Dieu pour nous faire obtenir le salut de l’âme ». Une chose est certaine, Nicolas fut du côté de saint Athanase d’Alexandrie et de l’orthodoxie, autrement la liturgie ne l’aurait point qualifié de « règle de la foi ».

Peut-être, à la différence de saint Athanase, bien connu pour sa défense « musclée » de la doctrine catholique, saint Nicolas s’est-il aussi caractérisé par son grand amour pour l’harmonie à l’intérieur de l’Église. C’est ainsi qu’on lui prête, à force de patience et de douceur, le ralliement de l’évêque de Nicée, Théognide, auparavant sympathisant d’Arius. La prophétie d’Isaïe éclaire le personnage et l’action de Nicolas, « consacré par l’onction, envoyé annoncer la bonne nouvelle aux humbles, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs leur délivrance, aux prisonniers leur libération ». En effet, pasteur infatigable, saint Nicolas se préoccupa non seulement de l’annonce de l’Évangile, mais encore de répondre aux nécessités des pauvres et des indigents, ce qui ne manqua pas d’enrichir sa légende populaire. Il suffit de penser à al façon miraculeuse dont Nicolas mit fin à la famine qui affligeait les habitants de Myrrhe, ou encore à la libération des trois habitants de Myrrhe, innocents condamnés à mort, pour avoir été faussement accusés d’avoir fomenté des désordres publics. Absent de la ville, Nicolas, à peine prévenu de la condamnation de ses trois fidèles, se rendit sur le lieu prévu de leur exécution. Il se fraya un chemin au milieu de la foule accourue pour assister à la mise à mort, s’avança jusqu’au bourreau et lui prit son épée. Une fois les innocents libérés, Nicolas se r4endit au palais du préfet Eustaze et y entra sans se faire annoncer. Arrivé devant le préfet, il l’apostropha et l’accusa d’injustices, de violences et de corruption, puis menaça de porter l’affaire devant l’Empereur. Le préfet s’étant repenti, Nicolas n’insista pas et le pardonna, heureux d’avoir rétabli la vérité et la justice. Les saints sont pour nous des modèles, car leur vie n’est autre que l’Évangile appliqué, l’Évangile vécu. La vie de saint Nicolas, entièrement donnée, fut une réponse à cette invitation de l’Apôtre saint Jean : « Lui, Jésus, a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité ».

Comment ne pas entendre retentir en nos cœurs l’enseignement constant du pape François qui nous invite tous à la cohérence entre notre fois professée et notre vie vécue au quotidien ? C’est toute la difficulté de la vie chrétienne, vivre « la perfection de l’amour », définition de la sainteté choisie par le concile Vatican II. Saint Nicolas et tous les saints sont des modèles, mais aussi de puissants intercesseurs en notre faveur auprès de Dieu. Au nom du Christ et avec le Christ, les demandent pour nous au Père le dont de « l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut r4ecevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous ».

Je vous invite à vous unir à cette prière proposée par la paroisse de Saint-Nicolas-des-Champs à Paris :

Saint Nicolas,

Tout au long de ta vie, tu as été conduit par la foi, l’espérance et la charité.

Tu as été un modèle de justice et de douceur.

Tu as ainsi obtenu par ton humilité d’entrer dans le Royaume du Père éternel.

Nous croyons que tu intercèdes pour nous auprès de Lui : nous te remercions pour l’e3xemple que tu nous donnes.

Tu accordes bien volontiers ta protection à tous ceux dont tu es le saint patron :

les écoliers, les étudiants, les voyageurs, les pauvres, les affligés,

les célibataires, mais aussi tous ceux qui se confient à toi.

Nous te confions notre paroisse, tous ceux qui entrent dans notre église, tous les habitants de notre quartier.

Nous te confions nos familles et toutes nos intentions.

Tu as été le défenseur de la foi :

obtiens-nous la conversion du cœur, l’amour de l’Église et de nos frères.

Ouvre-nous aux dons de l’Esprit Saint pour que nous demeurions fermes dans notre attachement à Jésus.

Saint Nicolas, prie pour nous !

Amen !

Hommage à Jean-Louis JACQUOT

Ecrit par Webmaster le 22 novembre 2018. Publié dans Actualité de l'association, Actualité générale, Evénements

Bonjour à toutes et tous,

Le jeudi 6 décembre 2018 à 11h30 en la Basilique Saint-Nicolas de Saint-Nicolas-de-Port sera dévoilée une plaque en hommage à Jean-Louis JACQUOT, recteur de la Basilique Saint-Nicolas de 1998 à 2017.

S’en suivra d’une collation en mairie.

Merci de confirmer votre présence par mail à pvdt1@saintnicolasdeport.fr ou par téléphone au 03 83 48 81 57 avant le lundi 3 décembre 2018.

Merci à vous.

Afficher l’invitation en cliquant ici.

Ecrit par Webmaster le 22 novembre 2018. Publié dans Actualité générale

Nous vous invitons à lire l’article de M . LE CLERRE paru ce mois ci dans la dernière édition de la Revue « Connaissance de la Meuse ».

Cliquez ici pour afficher le document.

Bonne lecture à toutes et tous.

Programme de voyage à Saint Petersbourg du 08 au 13 mai 2018

Ecrit par Webmaster le 22 juin 2017. Publié dans Actualité de l'association, Actualité générale

Veuillez trouver ci-après le programme de voyage à Saint-Petersbourg du 08 au 13 mai 2018.
Vous trouverez à la toute fin du document un coupon-réponse à renvoyer par mail à l’adresse suivante : contact@france-meeting.com.

Afficher/Télécharger le programme

Programme de voyage à Rome du 5 au 10 décembre 2017

Ecrit par Webmaster le 22 juin 2017. Publié dans Actualité de l'association, Actualité générale

Veuillez trouver ci-après le programme de voyage à Rome du 08 au 13 mai 2018.

Afficher/Télécharger le programme

Messe à St Nicolas des Lorrains

Ecrit par Webmaster le 19 décembre 2016. Publié dans Activité de l'église à Rome, Actualité générale

Rome, 06 décembre 2016

L’évangile de ce jour est tout centré sur les enfants qui se sentent attirés par Jésus et qui suivent le mouvement spontané de leur cœur, en courant vers lui en toute confiance. Mais les apôtres croient prendre leur responsabilité en bloquant leur spontanéité pour créer le sérieux qui, selon eux, doit entourer le Messie porteur du Règne de Dieu. Jésus intervient pour dire aux apôtres de les laisser venir à lui et de ne pas les empêcher, parce que le Royaume des Cieux est à ceux qui leur ressemblent. Il les accueille, les bénit et les laisse aller.

Le grand mystère de la nativité du Seigneur vers lequel nous marchons, est celui par lequel, c’est Dieu lui-même qui se fait enfant, c’est-à-dire un être de confiance, totalement abandonné, qui provoque notre tendresse en adoucissant notre cœur. Chacun spontanément veut prendre un enfant sur son cœur et éprouver la paix qui vient de son contact. C’est le sentiment qui nous animera bientôt tous, face à la crèche de Bethléem.

Quand nous parlons de Royaume, nous pensons par contre spontanément à la grande vertu de la justice, sans laquelle ne règnent que banditisme et violence. Depuis plus d’une semaine les textes d’Isaïe, le grand prophète de l’Avent nous parle de refonte de toutes les armes de combat, grâce auxquels les royaumes de la terre tentent d’instaurer la justice et la paix, pour les transformer en moyens de développement agricole et donner du pain à satiété à tous les pauvres. La paix qui est à l’horizon avec la venue du Messie de Dieu ne sera pas moins qu’une fraternité universelle où il ne se fera plus aucun mal : « Le veau et le lionceau, dit le prophète, seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira. » Le Règne de la confiance absolue est le règne de l’Amour.

Jésus, en reprenant ici les apôtres, est en pleine éducation de leur foi qui doit peu à peu les attacher à lui, comme les enfants le leur montrent par leur attitude : il est le Règne de Dieu en personne qui a commencé au milieu d’eux. Comme les enfants, ils doivent se laisser attirer par l’amour bienveillant de Dieu qui, en sa personne, s’est fait tout proche d’eux, est même au-dedans d’eux : « Voici que le Règne de Dieu est au-dedans de vous. » Partout où l’amour s’est vraiment incarné, les enfants ont l’intuition, disons le flair et ils y vont volontiers pour être caressés. La bénédiction du Seigneur, ce sont, comme dirait le Pape François les caresses du Père sur ses enfants. Notre foi doit mûrir jusqu’à cet âge adulte où elle s’identifie avec l’amour que Dieu nous démontre dans la personne de Jésus, le Premier-né d’une multitude de frères.

L’Eglise qui s’efforce de prolonger la pédagogie de son maître et Seigneur, elle-même prolongement de celle du Père Créateur, vous donne, frères et sœurs, de pouvoir méditer tous les ans, et même tous les jours si vous le désirez, ici en la Paroisse St Nicolas des Lorrains, ce grand mystère de l’amour de Dieu incarné en ayant sous les yeux le modèle du Saint évêque. Il a été un modèle de paternité, déjà comme prêtre, plus encore comme évêque, à tel point que, la force de l’amour qu’il a vécu, a traversé les temps et les lieux, sous la forme de récits légendaires de miracles. De Myre à la Rome constantinienne du 3ème/4ème siècle, de Bari en Lorraine et de nouveau à Rome, en cette paroisse, le modèle de bonté paternelle de St Nicolas a fait tradition et a donné beaucoup à dire. Et c’est volontiers que les générations ont témoigné, les unes après les autres, des merveilles du Saint. C’est même en songe qu’il est dit intervenir auprès des coupables, pour qu’ils avouent leur méchanceté, qu’il ressuscite les victimes, mais aussi remette en santé spirituelle les criminels eux-mêmes. Un penseur juif allemand, Adorno disait que, face au drame d’Auschwitz, la seule forme de pensée qu’il soit encore possible de développer, est une pensée de rédemption. St Nicolas, en ressuscitant les victimes de ce qu’il faut bien appeler sorcellerie, mais en même temps en absolvant les criminels qui servent en repas de restauration de la chair d’enfants pour s’enrichir de cette façon ignominieuse, restaure la vie et l’amour réconciliés dans leur pleine dimension, comme le cœur humain en porte le désir : une restauration universelle.

En Afrique, et tout particulièrement au Bénin, dont je suis originaire, St Nicolas n’est assez connu, mais je suis persuadé que sa légende, en migrant de l’espace européen vers nos terres, refleurirait de plus bel, parce que les mêmes violents contrastes et la même soif de vie réconciliée et apaisée s’y retrouvent, et St Nicolas, en faisant l’objet du même culte, et engendrerait les mêmes récits fabuleux. La recherche de pratiques rituelles contre la violence sorcière, et en faveur de la vie qui fait la passion de l’Africain, aurait depuis longtemps donné à la légende de St Nicolas un regain inouï de vitalité. L’imaginaire populaire faisant de la sorcellerie une transformation magique de chair humaine, surtout d’enfants, en viande d’animaux gras pour les sabbats sorciers, tout le Bénin aurait vu depuis longtemps en St Nicolas, le Saint par excellence de la lutte anti-sorcière.

Frères et sœurs, votre Saint Patron est, depuis son lointain 3ème siècle, une figure de sainteté particulièrement attachante. Autour de lui gravite l’auréole d’une réponse merveilleuse, à notre profonde aspiration au bonheur, comme nous tous, ici come là-bas, nous le rêvons : un bonheur sans la Croix !. A quelques semaines de la nativité du Seigneur, avant que le fameux Père Noël, ne nous fasse complètement décoller de la réalité, en gommant toute croix de la vie des hommes, c’est St Nicolas que nous fêtons. Les enfants l’aiment, parce qu’il est une expression de l’amour paternel authentique tel qu’ils le voudraient. Mais lui, Nicolas, figure du Père aimant n’a pas décollé de la Croix, il la vit au plus profond de lui-même pour pouvoir leur offrir l’amour paternel lumineux et ardent qui les attire.

La piété populaire, c’est-à-dire la couche primaire d’humanité qui, en chacun, en chacune de nous conserve cette  fraîcheur et cette innocence confiante propre aux enfants, aime aussi St Nicolas parce qu’il est une figure d’évêque qui a remarquablement vécu le cœur de notre religion qui n’est autre que l’Amour-Charité. Puisse St Nicolas nous apprendre, et tout spécialement à vous qui êtes sous son patronage, ici à St Nicolas des Lorrains, à prendre sur nous la Croix nécessaire pour que la grâce de la nativité de notre Seigneur ne soit pas une « grâce à bon marché ». Sans la vie pour l’autre qui s’appelle Croix, la grâce à bon marché ne saurait nous être d’une quelconque utilité à l’heure où les violences contre les vies innocentes sont si nombreuses et déguisées sous les apparences les plus mensongères. Que St Nicolas intercède pour nous ! Amen !

+ B. Adoukonou

Secrétaire du Conseil Pontifical de la Culture

Homélie prononcée par le Cardinal Paul POUPARD

Ecrit par Webmaster le 15 février 2016. Publié dans Actualité générale

Les amis de Saint-Nicolas trouveront ci-après le texte de l’homélie prononcée par notre “Cardinal Protecteur” Paul POUPARD prononcée lors de la messe solennelle de Saint-Nicolas le 6 décembre dernier, célébrée en notre sanctuaire lorrain à Rome.

Notre voyage-pélerinage a rassemblé plus de 140 personnes, de Lorraine et d’ailleurs pour cette occasion traditionnelle.

La messe a été concélébrée notamment par S E  le Cardinal Robert SARAH, Préfet de la Congrégation pour le culte divin ; Mgr Patrick VALDRINI, Pro Recteur de l’Université Pontificale du LATRAN et les Recteurs de Saint Louis des Français et de Saint Nivolas des Lorrains.

Visualiser l’homélie